Ma foi.

Comme dans un vase dans mon cœur
Tu avais placé une fleur
Enrobée de ta vigueur
Pour plus en profondeur.

En moi, t’unifier
Pour l’éternité
Pour ainsi toujours y demeurer
Même après la mort, un jour m’accompagner.

Ces pétales aux goûts miellés
Comme sur des céréales enrobées
Avant de m’endormir, les yeux fermés
encore te demander ma vie de la préserver.

Aux différents passages de ma vie à me questionner
Sur mon front parfois un peu plissé
Si j’avais bien enregistrer
L’art du partage que tu m’avais enseigné.

Ce bonheur en moi incrusté
Humblement le partager
Sans en retour, ne rien demander
Mais pour moi impossible d’oublier.

Sans prendre le temps de te remercier
Pendant toutes ces années
À mes côtés passés
Avec cette patience à m’endurer.

Toujours en apprentissage
Dans cette formation de jardinage
Mais comme dans un pèlerinage
Au fil des années je suis devenu un peu plus sage.

Dans tout mon être cohabite la quiétude
Avec la sérénité au quotidien comme habitude
Ma vie encore à son prélude
Seul et enfermé dans ma solitude.

Des souvenirs inoubliables
L’acceptation assise à ma table
Des frissons sur moi palpables
Mais je ne serai pas capable.

De vivre sans ta présence
Malgré ma mémoire un peu en déficience
Revoir mes souvenirs en plusieurs séquences
Mais toujours près de moi tu faisais acte de présence.

Comme un don d’abondance
Mais quel drôle de coïncidence
De voir cette petite semence
Prendre dans ma vie autant d’importance.

Cultiver en moi tes passions
Avec le sens de la raison
Dire au monde entier ce que déjà nous savons
Que ma demeure est aussi ta maison.

Cette fleur en mon cœur
Infiniment emplie de bonheur
Ma vie guidée par cette petite lueur
Comme un phare pour moi, le navigateur.

Au firmament comme une étoile qui brillera
Comme pour me dire ne t’en fait pas
À savoir que dans ma vie tu seras toujours là
Car je sais que dans ma foi tu me dirigeras.

Pour ne pas du chemin m’éloigner
De la voix de la vérité
De mon fort intérieur enfin libéré
Ce secret enfin divulgué.

Qu’une fleur en moi malgré si fragile
tu avais visé juste dans le mille
En m’acceptant comme membre de ta famille
Même si la vie ne tenant qu’à un fil.

À ne jamais oublié
Ma vie de la continuer
Mais de toujours me rappeler
L’arôme de ton âme en moi infiltré.

RenayRose

© Copyright 2017. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

L'écriture est mon amie.

%d blogueurs aiment cette page :