Au cœur de l’arbre, il y’a la sève.

Si un père représenté par un arbre, il était
Des orages de la vie, il t’en préserverait
Mais la sève, colmater une blessure, elle le pourrait
Si dans tes racines tu la conserverais.

À chaque printemps sortir de l’arbre, elle le voulait
Mais d’y goûter si j’en voulais
Son écorce la percer, je devais
Jusqu’au cœur de l’arbre, il le fallait
Et goutte par goutte la chaudière lentement se remplissait.

Le sang qui coule dans tes veines est comme la sève
Il est toujours tempéré
Pour qu’il puisse librement y circuler
Et ton cœur toujours à le pomper
Jusqu’à ton dernier souffle avec toi, rester.

Quelle était la différence, qu’enfant un jour, tu me demandais ?

La tendresse d’un enfant, le pourrait
Son sourire l’accompagnerait
Les lueurs de tes yeux, je les voyais
Avec ton regard naïf de l’enfant que tu étais.

Toujours te rappeler de ma main que tu tenais
Durant tes jours incertains que cela, te semblait
Des craintes et des peurs que tu vivais
Il n’y avait pas de danger, mon enfant, que malgré je te disais.

Toujours à tes côtés, je serai
Car dans ton cœur, ton père est là pour y rester
En esprit, toujours je t’accompagnerai
En tout temps, disponible pour t’écouter.

Tu n’auras que tes yeux, à les fermer
À moi, tu n’auras qu’à penser
Pendant que ma sève en toi va monter
Pour que ton cœur avec, je puisse l’enrober.

Papa

RenayRose

© Copyright 2016. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s