Papa, pour Noël j’aimerais…

Ce matin tôt je m’étais levée
Pour une lettre au Père Noël, rédiger
Quand elle fût terminée
Dans l’enveloppe je l’avais placé.

À ma maman, les deux mains dans les décorations
Je devais faire attention
Pour ne pas lui poser trop de questions
Sur l’accident de mon père et de son bataillon.

Gentiment je lui avait demandé
D’écrire l’adresse du Père Noël
Sur l’enveloppe sur la table laissée
Et ensuite dans la boîte à malle, la déposer.

Aussi si elle voulait en voiture m’apporter
Car à mon papa, seule je voulais lui parler
Dans ses bras elle m’avait très fort serré
Elle m’avait dit, « O.K. »

Durant le trajet
Elle me demandait
« De quoi à mon père je parlerais »
Et je lui ai répondu : « que cela était un secret. »

Enfin arrivée
Au cimetière de l’armée
À sa croix les fleurs que hier j’avais placées
N’étaient pas encore séchées.

« Bonjour papa,
Tu sais c’est difficile que tu ne sois pas là
Surtout pour Noël qui arrive à grand pas
Mais très fort à toi on pensera. »

« Maman et moi aujourd’hui on a monté le sapin
Mais on avait beaucoup de chagrin
Surtout depuis ton départ soudain
Mais je pense à toi à chaque matin »

« En matinée j’ai écrit une lettre au Père Noël
Je lui ai faites une demande très personnelle
Je lui ai dit ma demande et me faire une promesse solennelle
Que cela devait rester entre nous deux car c’était confidentiel. »

À l’auto retourner
Et à l’école me laisser
À attendre Noël pour le cadeau spécial demandé
Je dirais plutôt que ma demande était un peu piégée.

Durant l’attente du soir tant espéré
Moi et maman on avait plein de choses à organiser
Comme les chandelles les allumer
Et la tourtière et le dessert sur la table les placer.

Dans le coin du salon le sapin plein de lumières
Et à son pied les cadeaux en attendant se reposèrent
Pendant que moi dans ma tète une petite prière
En plus encore j’avais parlé à mon père.

Je lui ai dit ceci « tu sais papa
Le St-Nicolas
Moi je n’y crois pas
Car déjà les cadeaux sont placés là »

« Et que même si je suis une enfant paisible
À l’avance je le savais que mon souhait serait impossible
Car je lui avais demandé l’impossible
Et surtout que c’était invisible. »

Ding, Dong, « Maman ça sonne en avant »
« Va ouvrir ma chérie »
Qu’elle me dit
« Maman c’est le commandant de papa qui est ici »

« Bonjour madame et bonjour ma petite Jasmine
« Avant que la journée se termine
et vu que toute l’année tu avais été fine
Le Père Noël m’a chargé d’une mission presque divine »

« Mais avant j’aurais un invité
À vous présenter
Venez ici, entrez’’
C’était Gordon qui aux funérailles de papa avait beaucoup pleuré.

« Jasmine, assis toi et écoute moi un instant
Quand ton papa sur la table d’opération était décédé
On a eu le temps de lui enlever des parties de son corps
Comme il nous l’avait demandé »

« Tu vois par exemple, ses yeux,
Un enfant depuis voit grâce à ce cadeau si précieux.
Aussi on a transplanté à un autre patient ses reins
Et depuis pour lui tout va bien »

« Et aujourd’hui ici pour accomplir une mission cruciale
Pour toi seule ma petite qui pour ton papa tu étais très spécial
Je dois la terminer dans ce contexte familial
Gordon et Jasmine, rapprochez vous » qu’il dit sur un ton amical.

« Gordon, SVP votre chemise la déboutonner
Et toi Jasmine prend ce stéthoscope pour écouter
Tu entends, ça c’est le cœur de ton papa
Qui avait sauvé la vie de Gordon ce jour là. »

« Mais comment saviez-vous mon secret? Je lui ai demandé
« C’est le père Noël qui l’autre soir m’avait appelé »
Et j’ai demandé à Gordon l’officier,
« Si je pouvais me coller contre lui pour encore l’écouter? »

Et ma mère m’avait dit ceci pendant que ses yeux à les essuyer
« Je voulais attendre que tu sois plus grande avant de t’en parler
En tout c’était quatre personnes qu’il avait sauvé
Grâce à ces dons avec amour qu’il avait partagé »

Cela avait été mon plus beau Noël de toute ma vie
Ça faisait trois ans que mon père était parti
Et ce soir là, juste avant minuit
C’était le cœur de mon papa que j’entendis.

Plus tard quand ils étaient partis
Moi et maman ensemble au lit
Contre elle je m’étais blottie
Soudainement elle me dit

« Tu sais quoi, on a oublié d’ouvrir les cadeaux »
Et je lui répondis : « que déjà j’avais eu le plus beau
D’avoir entendu le cœur de papa battre de nouveau. »
Mais juste avant de m’endormir, j’avais cru entendre des HO HO HO.

RenayRose

© Copyright 2017. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s