Le plus beau cadeau que je me suis fait.

Trois fois aux Philippines que j’avais été
Pendant ces voyages, j’en avais toujours profité
Pour partager un peu ce que j’avais gagné
Durant ma vie durement épargné.

Mon plus beau souvenir, se passait un soir d’été
J’étais assit dans un parc à Pasig City
Et des enfants de la rue y’en avait en quantité
Vous savez ceux qui fouillent dans les poubelles pour manger.

Ce soir là, j’avais décidé de faire deux choses
Car je savais que leurs vies n’étaient pas si roses
J’avais acheté des petites balles et d’autres choses
Et je leurs avais donné pendant que moi je prenais une pause.

Pendant qu’ils jouaient, moi les sandwichs, je les préparais
Pendant que le pain, je tartinais
Avec le pot de beurre d’arachides que j’avais
Pendant qu’eux dans le parc s’amusaient.

Je les avais appelé pour enfin leurs distribuer
Cette collation que j’avais pour eux préparée
Ils s’étaient tous régalés.
De les voir qui souriraient, ça, c’était mon dessert juste à moé.

Un autre soir, j’avais acheté une grappe de bananes au marché
Il en avait treize car je les avais compté
J’étais retourné au même parc où d’aller, j’étais habitué
Et les douze petits du parc, je les avais encore invité.

Une banane à la fois je leur donnais
Et chaque fois en retour un sourire je recevais
À un petit garçon qui devant moi se tenait
À lui aussi une que je lui remettais.

Tous les autres leurs fruits déjà ils l’avaient mangé
Sauf celui qui devant moi que j’avais remarqué
Il ne l’avait pas encore épluchée
C’est alors que je lui avais demandé.

« Pourquoi tu ne manges pas ta banane comme tes amis? »
Subitement, Il l’avait placé sur sa poitrine contre sa chemise salie
« Je la garde pour mon petit frère » qu’il me répondit
Alors je lui ai donné une autre banane juste pour lui.

Ce que ne savait pas le petit bonhomme
Pas plus haut que trois pommes
C’était qu’il venait de donner la plus belle leçon de vie à un homme
Que si un enfant des plus pauvres d’entre les pauvres, en somme.

Était capable de partager, l’unique banane pour manger qu’il avait
Pour la garder pour une personne qu’il aimait.
À partir de ce soir là, ma vie avait changé à tout jamais
Un jour oui, j’y retournerai, ça je vous le promets.

RenayRose

© Copyright 2016. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s