La lumière au bout du tunnel.

Il était une fois dans le temps.
Quand j’avais découvert mon talent
À la recherche d’un éditeur, en moi croyant
Me faire connaître aux quatre vents.

Rendez-vous confirmé
Une adresse où me présenter
Une personne à rencontrer
Pour enfin mon rêve le combler.

Dans la rue le numéro, le chercher
Dans un quartier
De cette ville illuminée
Dans mon cœur toujours à espérer.

À la porte, j’avais sonné
Il l’ouvrit pour m’y inviter
Les lieux à inspecter
Pendant que mes yeux illuminés

Dans sa bibliothèque à contempler
Tous ces livres bien placés
Mon roman un jour à y être invité
Me donnait l’espérance de continuer.

Pendant qu’il mangeait
Comme si rien n’était
Ses aventures osées, il me contait
Dans mon intérieur embarrassé, j’étais.

L’homme m’avait invité
Au deuxième à monter
Dans mon cœur à penser
Qu’enfin de mon roman, en parler.

En un instant
Le rêve en moi espérant
Prenait un autre tournant
Quand l’homme ôta son déguisement.

Je le reconnu
Il était soudainement devenu
Ce loup affamé dépourvu
D’humanisme en lui soudainement disparu.

Le monsieur à ses heures
Devenu agresseur
J’avais le haut le cœur
À penser à son déguisement d’éditeur.

Avec ses paroles, me manipuler
Avec ses mains mon honneur, l’écraser
Avec son regard comme s’il voulait me dévorer
Mais avec mon esprit vif, me libérer.

Dans ma tête comme un court circuit
De son repaire, j’avais fui
Mais marquer pour la vie
À y penser jour et nuit.

La tête haute, j’avais gardé
Même si ce secret en moi incrusté
Mais pendant quelques années
Ce poids sur mes épaules frêles, transporter.

Un beau matin, le soleil pour moi s’était levé
Au bout du tunnel, sa lumière s’était pointé
Libérant ce souvenir gangrené
Car plus de larmes en moi pour le préserver.

Enfin libérée
Mon histoire vous la partager
Pour de ces griffes, vous en préservez
Pour dans ses manigances, ne point tomber.

Le piège enfin installé
Sur le prédateur un jour se renfermer
Ses nuits de ses tripes à hurler
À ma porte un jour le pardon, me demander.

Le combat n’est pas pour autant terminé
Au vu et au sus de tous je devrai démontrer
Aucune peur en moi pour m’accompagner
Pour faire face à ce prédateur, au grand jour dévoilé.

Pour votre avenir façonner
Un terrain sécurisé
Pour ne pas tomber
Sur des pièges sur votre route installés.

RenayRose

© Copyright 2017. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s