Une ville sous la roche.

Dans un petit sentier
Moi et Lucky
On marchait sans trop se presser
Tout en regardant dans tous les cotés.

Dès notre arrivée
Près d’un rosier
On avait vu par milliers
Des papillons s’envoler.

Des oiseaux entre-eux, entrain de placoter
Là-haut, sur les branches des Peupliers
Semblaient se demander
Qu’est-ce qu’on faisait dans leur sentier ?

Entre les quenouilles j’avais remarqué
Un hibou qui était bien agrippé
Sur un arbre depuis longtemps tombé
Nous nous étions un instant arrêtés.

Ses paupières lentement se fermaient
Mais toujours il s’accrochait
Sur cet arbre qui penchait
Vers le marais qui puait.

Les oiseaux, très forts s’étaient mit à chanter
Et je crois que cela l’avait réveillé
Deux ou trois hou hou qu’il avait crié
Et les oiseaux, s’étaient tous envolés.

Je pense qu’il voulait se reposer
Parce que toute la nuit il avait travaillé
Et qu’il n’avait que la journée
Pour se reposer.

Moi et mon colley, sans faire trop de bruits
Parce qu’on était vraiment près de lui
On avait dégarpi
car on ne voulait pas le déranger pour sa nuit.

Soudainement sous un tas de feuilles pourries.
J’avais vu une toute petite souris
Qui me semblait vraiment mal prit
Parce qu’une couleuvre de vert et de gris.

S’approchait d’elle lentement
Toujours en rampant
Jusqu’à l’instant
Que mon pied je l’avais placé devant.

La souris était déjà partie
Je pense que je lui avais sauvé la vie
Mais avec mes yeux, la couleuvre je l’avais suivi
Et sous une roche, elle s’était trouvée un abri.

J’étais intrigué,
Car sous une roche elle s’était invitée
Sur un tas de feuilles trempées
Un bâton que j’avais trouvé.

Avec cette branche toute croche
J’avais décidé de lever la roche
Dans un coin il y avait comme une petite poche
Il a fallu qu’un peu je force.

Ensuite avec mes deux petites mains habituées
Lentement je l’ai soulevé
Ensuite je l’ai retourné
Sur le côté.

La couleuvre n’y était plus
Elle avait tout d’un coup disparue
Mais de partir, je ne l’avais pas vu
J’étais vraiment déçu.

Mais au lieu, j’avais trouvé qu’il y avait plein de vies
Des bestioles de toutes sortes et même des fourmis
Qui marchaient dans tous les sens, j’étais surpris
De voir que je n’entendais aucun bruit.

Ça ressemblait à une petite ville sur du gazon
Sur l’heure de pointe mais sans klaxon.
Mais pour moi le petit garçon
C’était la vie qui encore me donnait une leçon.

‘‘Wow » que j’ai dit à Lucky
Quand j’avais remarqué
Pour la première fois depuis que j’étais né
Un mille pattes vert devant mon doigt s’était arrêté.

Il avait des points orangés et noirs bien dessiné sur son dos
Ça c’était vraiment beau
On dirait qu’ils ont été fait avec de la peinture à l’eau
Et sur sa petite tête vers le haut.

Deux petites antennes qui ne cessaient de bouger
C’était drôle de voir ses pieds au pas cadencer
Sans jamais s’enfarger
Et ne jamais se piler sur les pieds.

J’ai pensé que j’avais découvert toute une maisonnée
De mille-pattes car il en a sorti d’autres, juste à côté
Un plus gros et des petits qui marchaient tous collés
On dirait qu’ils avaient tous les fesses serrées.

La petite famille que j’avais compté
Il en avait comme mes doigts, la même quantité
De mes deux mains que j’avais comparé
Ensuite la roche je l’avais rebaissé.

Pour ne pas trop longtemps les déranger
J’avais vraiment été impressionné
et je m’étais mit à penser
À juste essayer d’imaginer.

Rendu à la maison, à ma mère je lui avais conté
L’aventure que moi et Lucky
On avait fait ensemble après souper
Dans le petit sentier.

Plus tard quand je me suis couché
Dans ma tête à toujours penser
À des histoires pour m’amuser
Je voyais ces pattes partout marcher.

Je voyais leur maman, leur demander
D’ôter leurs souliers avant d’entrer
Et je pensais à tous ces souliers dans ma tête empilés.
Sur ça je me suis endormi collé sur Lucky.

RenayRose

© Copyright 2016. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s