Maya, l’héroïne de mon école.

L’histoire de mon amie Maya.
C’était mon amie depuis trois ans déjà
Elle avait onze ans quant au Canada
Avec ses frères et parents, elle arriva.

On s’était pour la première fois rencontré
Durant une course de cross country
Cet événement par notre école, organisé
Depuis, jamais on ne s’était vraiment laissé.

Elle venait d’un pays par la guerre dévasté
Durant une nuit, ils ont dû tous quitter
Avant que leur ville ne soit bombardée
Et d’un naufrage, ils ont été rescapés.

Dans un camp de réfugiés, laissé comme en abandon
Ses parents avaient décidé de partir pour de bon
Pour le Canada ils avaient fait application
Quelques mois plus tard, ils s’installèrent dans Rosemont.

À tous les matins ensemble, on marchait
Elle était très jolie avec ses cheveux qui frisaient
Ses yeux de couleur marron qui au soleil luisaient
Les meilleures amies au monde on était.

Toujours souriante et radieuse
Dans ses nouveaux décors, elle était heureuse
Dans la vie d’être ici, elle se trouvait chanceuse
Mais elle était un peu naïve et un peu curieuse.

Hors depuis quelque temps
Au fil des semaines, son caractère changeant
Son sourire de plus en plus d’elle s’abstenant
Jusqu’au jour que j’avais décidé, mais gentiment.

D’avoir avec elle, une conversation amicale
Je lui ai demandé si à quelque part elle avait mal ?
Car tu sais ici, on a un bon hôpital
Un des meilleurs de la ville de Montréal.

J’avais remarqué sa voix changeante
Quand elle me parlait, elle était toute tremblotante
Elle avait tellement peur, qu’elle en avait mal au ventre
Je lui pris les deux mains et comme un instant en attente.

Des minutes longues comme une éternité
Toute l’histoire elle me l’avait conté
Avec elle, ensemble on avait pleuré
Et je lui dis, comme je suis ta meilleure amie, je vais t’aider

Le soir arrivé
Avec ma mère, j’en avais parlé
Elle aussi s’était mise à pleurer
D’un bond elle se leva et dit, ce chantage doit cesser.

Le lendemain ma maman gentiment lui a parlé
Et proposé de l’accompagner
Son bras sur l’épaule de mon amie, à un bureau se diriger
Après longuement avec la directrice son histoire la conter.

La responsable à son tour a aussi pleuré
Mais comme un leader sans hésiter
Elle appelait la police pour une plainte à déposer
Et pour le professeur malicieux enfin l’arrêter.

Voici sa descente en enfer
Le professeur avait son aide, offert
À Maya pour ses devoirs l’assister pour bien les faire
Et il lui disait qu’il était pour elle comme un grand frère.

À tous les soirs, des photos d’elle y prenaient
Et sur toutes les photos toujours sourire, elle devait
Et au fur à mesure des rencontres, un peu plus il lui en demandait
Jusqu’au jour d’elle, il s’amourachait.

Un soir seul avec, il lui a demandé
Si elle pouvait un peu, son zizi le caresser
Bien sûr que Maya avait refusé
Et c’était à partir de ce moment-là, que le chantage avait commencé.

Il lui avait dit, tu n’es qu’une immigrée
Et si tu ne fais pas ce que je t’ai demandé
Je vais toi et ta famille à l’immigration, vous dénoncer
Et comme ça dans votre pays, vous y retournerez.

De son geôlier
Elle s’était échappée
Mais la peur à tous les jours, l’accompagnée
Et tout faire pour essayer de l’éviter.

À tous les soirs seule dans sa chambre, à pleurer
Juste à penser dans son pays, y retourner
Avec ses parents qui avaient tout pour leurs enfants, abandonné
Et c’était le matin suivant qu’elle m’avait tout confié.

Elle m’avait dit que la vie je lui avais sauvé
Car elle avait planifié
Le soir d’avant de se suicider
Et c’était là que toutes les deux on s’était mise à pleurer.

C’était ce soir-là, qu’à ma mère j’avais tout dit
Ce qui se passait dans la vie
De ma meilleure amie
Car cela m’affectait aussi.

Le professeur qui avait voulu abuser
En prison pour un bon bout, pour y penser
Et que la guérison sera longue pour ce désaxé
En plus mon amie de la menacer.

La directrice invita tous les élèves pour leur expliquer
Un événement malheureux qui venait de se passer
Elle invita Maya en avant pour la présenter
Comme l’héroïne d’un roman policier.

Sans s’en rendre compte, mon amie nous a sauvés
Des mains de ce prédateur à notre école infiltré
Pour des enfants, les piéger
Dans son manège de mauvaises idées.

Depuis cette mésaventure que je vous ai contée
Tout le monde la regarde pour la saluer
Ça sera toujours ma meilleure amie pour l’éternité
En plus tout le monde de mon école, avec amour l’a depuis adopté.

Si un jour une personne de votre entourage même avec autorité
Tous sans exception doivent vous respecter
Et si cela devait malheureusement vous arriver
À une amie, une mère ou votre frère, il faut vous confier.

En faisant un geste
Pour de notre vie ôter la peste
Avant que d’autres idées infestent

Ce qu’il y a de plus beau de notre monde, c’est bien notre jeunesse.

RenayRose
© Copyright 2017. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s