Mon jardin sur la montagne

C’était à partir de mes pensées
Que mon jardin je l’avais imaginé
Et depuis j’y ai beaucoup travaillé
Il sera sur une montagne c’était décidé
Pour être encore plus près de celui qui m’avait créé.

Où je serai isolé
Pour l’éternité
Je pourrai enfin tout là-haut me reposer
Dans ce beau jardin de miel aromatisé
Enfin mon âme pourra s’élever.

La vie est un long parcours
Contre marée certains jours
Mais je sais qu’un jour
Ça sera à mon tour
D’y aller pour un long séjour.

Mon chemin déjà parcouru
M’avait parfois paru
Comme un orage au loin aperçu
Quand sur moi l’averse tombait dru
D’endurer jusqu’au jour, que je n’en pouvais plus.

Jamais je ne pourrai oublier
Durant toutes ces années passées
Les amours rencontrés
En différents carrefours entrecroisés
Quand  mon cœur souvent, s’y était frotté.

À toutes les personnes qui durant mon court séjour
À mes côtés durant mes difficiles parcours
Dans mon jardin enveloppé de fleurs tout autour
Pourra en tout temps y venir pour
Aussi s’y reposer, quand arrivera leurs tours.

Pour mes amis fidèles, un oasis de paix
Dans mon jardin dont depuis longtemps, je rêvais
Pourront y célébrer à tout jamais
Des vêtements fabriqués avec du respect
que toujours pour vous j’avais.

L’antenne qui avait éclairé
Mon chemin si souvent accidenté
Par les intempéries de ma vie pas mal agitée
À son poste, fidèle, elle a toujours été
Même pendant les orages quand j’étais trempé.

Dans les moments de douleur
Qui parfois envahissaient mon cœur
Souvent à cause de différents facteurs
Seul et isolé durant ces malheurs
Un jour mon désarroi, crié à mon créateur.

Et depuis la paix et la sérénité
Mon âme en a été infiltrée
Pendant ce jour à nocer
Ce pardon enfin accordé
Car depuis, jamais seul, je ne serai.

De la bonté, d’en avoir trop donné
Profiter, sans jamais vraiment en parler
D’aider, sans jamais en retour demander
D’adopter, car mon cœur me l’avait dicté
Souvent en moi blessé, depuis, je vous ai tous pardonné.

Enfin sorti de ces états d’âmes temporaires
Mais pour le chemin qui me restera à faire
Avec mon nouvel armure qui couvre mon caractère
De les affronter j’aurai la force nécessaire
Pour ne plus jamais revivre ces calvaires.

Ce jardin en moi tant imaginé
Un jour de m’y reposer
Ça sera mérité
Car à personne je n’ai rien à prouver
Mon chemin seul face au vent, je vais le continuer.

Tout est unique dans mon jardin
Que ça soit, les arômes miellés de l’air du matin
Ou l’arc en ciel en guise de clôture au loin
Ou toi mon ami, unique, ça c’est certain.
Et vous mes enfants, vous aurez tous, chacun votre lopin.

RenayRose

© Copyright 2016. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s