Une petite promenade se transforma..

Quand moi et Nicole
Nous étions sorties de l’école
Tout ce que nous voulions étaient une crème molle
Alors vers la nouvelle crèmerie qui venait de prendre son envol.

On marchait cote à cote en placotant
Dans nos sacs à dos, nos livres importants
Heureusement pas trop pesant
Car nous sommes juste des enfants.

Rendu au coin de la rue Bernier
Il fallait la traverser
Mais avant, prudemment s’assurer
Que la lumière pour les piétons était allumée.

Pendant que la rue on la traversait
On croisait même du monde qui nous saluait
Car dans le quartier qu’on habitait
Il en avait plein qui nous connaissait.

Déjà on voyait l’enseigne de la crème glacée
Moi et mon amie au pas cadencé
On avait hâte d’arriver
Car on n’arrêtait pas de lécher nos lèvres, juste à y penser.

Enfin on était rendu
Car d’attendre, on en pouvait plus
Tout autour il y avait beaucoup de bruit
Des autobus et des autos qui passaient dans la rue.

Le monsieur qui nous avait servi
Était très gentil
Après le change qui nous avait remit
Toutes les deux ont lui a dit merci.

Nous avions ensemble décidés
De prendre la ruelle d’à côté
Pendant que de notre crème glacée
Lentement à la savourer.

Soudainement une petite voiture bleue
S’arrêtait à côté de nous deux
Avec sa calotte rouge et ses lunettes, le monsieur
Qui aux premiers abords nous semblait chaleureux.

Nous invitait, moi et mon amie
À embarquer avec lui
Non merci qu’on lui répondit
Mais ca irait plus vite qu’il nous dit.

On s’était mise à courir au plus vite
Mais la voiture comme dans une poursuite
Encore derrière nous les deux petites
Quand on décidait par une cour de continuer notre fuite.

Nous étions apeurées
Et aussi très essoufflées
D’avoir couru pour nous échapper
Rendus à la maison, nous étions entrées.

À ma mère, on a tout conté
L’histoire du monsieur qui nous avait accostés
Elle nous a donné à chacune du papier
Pour écrire et dessiner ce qui venait de se passer.

Ma mère nous avait demandé
Si à un agent, on voudrait un peu lui parler
Mais on devait avant un peu se laver
Car autour de nos bouches, plein de couleurs étaient marquées.

Quand notre ami le policier
À la porte avait sonné
Ma mère l’avait invité à entrer
Et poliment à nous il s’était présenté.

Il avait un beau sourire
Il nous taquinait un peu pour nous faire rire
Il nous demanda si notre histoire, il pouvait l’écrire
Et des choses le plus possible de les décrire.

Ensuite quelques petites questions, pour la formalité
Comme, à quel endroit cela s’était-il passé?
Comment le monsieur était-t-il habillé?
La couleur de la voiture, qu’il nous aussi demandé.

Pendant quelques minutes, notre sac on l’avait vidé
On lui avait tout dit de ce qu’on pouvait se rappeler
Mais un petit détail que mon amie s’était rappelé
Le monsieur avait une moustache avec les pointes par en haut recourbée.

Gentiment il nous a remerciés
Et qu’avec ses amis policiers
Ils vont le rechercher
Grâce à tous les petits détails qu’on lui avait donnés.

Après deux ou trois jours
Notre ami policier du nom de Mr. Secours
Était passé pour nous dire bonjour
Et une récompense pour nous donner en retour.

Il nous avait informé que l’inconnu
Qu’on avait rencontré dans la rue
Avait été arrêté près d’un parc de mon quartier connu
Et que c’était grâce à nos détails qu’il l’avait reconnu.

Il nous a aussi dit
Qu’on avait eu raison de se sauver de lui
Car cet homme avait une maladie
que les grands appellent la pédophilie.

Il nous a aussi dit que les bons réflexes qu’on avait eus
De ne pas lui avoir parlé car c’était un inconnu
Et qu’avec toutes nos jambes sur une bonne distance d’avoir couru
Assez vite et de prendre le raccourci pour le perdre de vue.

Il était content du petit détail que mon amie s’était rappelée
Que c’était grâce à ce dernier
Qu’il avait pu l’arrêter
C’était la moustache avec les pointes par en haut recourbée.

Et depuis tous les enfants de notre quartier
Peuvent enfin comme des enfants s’amuser
Mais que sur nos gardes il fallait toujours rester
Face aux inconnus qu’on pouvait rencontrer.

À nous tous au poste il nous invitait
Car une surprise nous attendait
Bien sure que ma mère acceptait
Et tout ensemble d’un même pas on y allait.

Une petite fête surprise pour nous, organisée
Pour nous remercier
De les avoir bien aidés
Pour retrouver l’homme recherché.

En cadeau les policiers nous ont remis
Deux sacs à dos de choses d’école bien remplies
Aussi des coupons pour de la crème glacé marqué gratuit
En plus d’une balade en auto de police pour un après-midi.

Moi et mon amie on était fière de nous en tout cas
D’avoir entendu l’histoire de la petite Cédréka.
Cela aurait peut-être pu nous arriver si on n’avait pas
Réagit assez vite pour se sauver d’une situation comme celle-là.

RenayRose

© Copyright 2017. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s