La St-Jean 1976…Mont Royal

19 ans que j’avais
Quand à la St-Jean de 1976, présent j’étais
Avec quelques amis on marchait
Sur la montagne et jusqu’à son sommet.

Entre Québécois, nous étions
Pas question de séparation
Tous réunis par les chansons
À bout de bras nos bières nous les levions.

Partout entourer d’amour
Fière de nous-mêmes en ce jour
De la joie tout autour
Une seule nuit pour.

Qu’au travers de milliards
Qu’un petit peuple débrouillard
Transformé en fêtard
S’amuser jusque dans la nuit, très tard.

Des cannettes dispersées
Ici et là, il en avait des milliers
Et que dire de tous ces gens enjoués
Par le rythme à se faire bercer.

Nos vedettes réunies
Pour un jour, un soir et une nuit
À nous chanter ces mélodies
Comme ‘’gens du pays’’.

Toutes sortes d’émotions
Que nous traversions
Au travers des chansons
Que nous écoutions.

Sous un ciel étoilé
Dans un coin illuminé
De la voie lactée
Nos peines et nos joies à les libérer.

Nos corps frissonnants
Face à la brise du nord venant
Près du feu de la St-Jean
Frères et sœurs pour un instant.

Perdue dans la foule entassée
Sur des ombres on avait marché
Dans nos yeux illuminés
Sans frontières, un soir à s’aimer.

La vie au max à en profiter
Nos émotions se laissaient guider
Par l’ambiance endiablée
En nous infiltrée.

Après une nuit entre frères regroupé
On a contourné la montagne par la forêt entourée
Pour sur la rue Sherbrooke se retrouver
Dans le calme de la nuit depuis longtemps tombé.

À l’aurore dans les rues à errer
Mais à la base faillait y retourner
Pour au moins un peu se reposer
Avant au travail de retourner.

Ces souvenirs en moi pour toujours
M’accompagneront jusqu’à mes vieux jours
Surtout à me rappeler, que pour l’instant d’un jour
C’était possible de vivre d’amour.

En harmonie
On avait partagé un peu de notre vie
Sans se faire aucuns soucis
Car pour la joie de vivre, on était réuni.

Cette journée appartenait
À cette jeunesse d’un pays qu’elle voulait
À ceux et celles qui un jour hériteraient
De cette fierté que nos âmes brandissaient.

L’euphorie d’un peuple pour un soir s’évader
Sortir de ce deuil en nous installée
Mais toujours avoir l’espoir d’un pays tant rêvé
Et sur la montagne un jour y retourner.

Pour encore et encore chanter
Un rêve d’un lointain passé
Mais ensemble à ne jamais oublier
Ce que les gens du pays on tant désiré.

La St-jean pour nous rappeler
Que si pour un jour on peut tous s’aimer
Rien au monde ne pourra nous arrêter
Pour encore et encore un soir nous soûler.

RenayRose

© Copyright 2017. Renay Brousseau, tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s