Mes premiers souliers verts.

Si beaux, ils étaient
Quand je les frottais
La couleur verte changeait
Du pâle au foncée quand dessus, le soleil luisait.

Pas de lacet
Juste un velcro et mon pied tenait
Du matin au soir, de courir mes souliers jamais ne s’arrêtaient
Car dans mes pieds, ils étaient partout où j’allais.

Ensemble comme des amis, des vrais
On avait fait des courses à relais
Nous étions allés voir où mon père travaillait
Et avec maman des fois nous allions aux bleuets.

On courrait si vite que durant la journée
Que la poussière dessus n’avait même pas le temps de se reposer
Sauf quand ma mère nous appelait pour dîner
Il fallait bien s’arrêter.

Une fois devant le miroir du barbier
J’avais remarqué
Que moi, mon colley et mes souliers
Avions tous les trois grisonnés

Car de courir nous avions cessé.
Après les avoir avec de l’eau rincée
Et de les avoir pas mal secoués
Je me disais quoi de mieux que de courir, pour les faire sécher.

Je faisais quand même attention
Parce que les terrains où nous nous amusions
De la bouette,  il en avait à profusion
Même si des fois de sauter dedans, cela me tentait disons.

De chez mon oncle Arthur
Moi et Lucky on courait à toute allure
Pour pouvoir sauter la clôture
Pour arriver avant mon père qui lui était en voiture.

Grâce à ce raccourci
Nous étions arrivés avant lui
Comme si on avait gagné un pari
Il avait une surprise pour moi et mon ami

Avec amour un verre de lait chocolaté
Il m’avait remis et un biscuit pour Lucky
À la salle de bain, je devais me préparer
Avant d’aller me coucher.

Mais aussi mes souliers, je les nettoyais
Dessus un linge, je passais
Car beaucoup vraiment, je les aimais
Tant qu’à Lucky, déjà dans ma chambre, il m’attendait.

Ma mère à tous les soirs m’embrassait
Et la couverture sur moi, elle la plaçait
La lampe à l’huile, elle l’éteignait
Et de la chambre sans faire de bruit, elle sortait.

Pendant que moi avant de m’endormir, je rêvassais
À coté de moi, mon colley qui me collait
À la prochaine aventure que demain ensemble, on ferait
Sans oublier mes souliers qui du bout de mes doigts, je caressais.

RenayRose

© Copyright 2016. Renay Brousseau, tous droits réservés.

3 réflexions sur « Mes premiers souliers verts. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s